Une abeille dans une cathédrale

Saviez-vous que « si un atome était agrandi à la taille d’une cathédrale, le noyau ne serait pas plus grand qu’une abeille virevoltant en son centre, tandis que les électrons tourneraient près des coins les plus reculés » ou encore que « le soleil consume la matière à une allure équivalent au poids de un million d’éléphants brûlés par seconde » ou finalement que « pour avoir une idée de ce que serait d’être votre propre cœur, essayez de vider en 15 minutes une baignoire avec une tasse – puis faites-le encore et encore sans vous arrêter, et cela pendant le reste de votre vie. »

Ces analogies scientifiques sont tirées du livre «Une abeille dans une cathédrale et 99 autres analogies scientifiques». Sorti en 2012 et publié à l’origine en anglais, ce sont les éditions marceldidier qui le publient en français au Québec et dans la francophonie.

Le but de cet ouvrage est de vulgariser certains concepts scientifiques et de, je cite « titiller votre palais intellectuel« . Au travers des 220 pages, 7 grands domaines scientifiques sont traités par l’intermédiaire d’une double page et du titre d’une analogie en plus d’être illustrés par des schémas, des chiffres et des graphiques. Que vous soyez un passionné de science et de vulgarisation scientifique ou que vous cherchiez à mieux comprendre un concept scientifique, ce livre répondra à vos attentes.

Toute personne qui veut vulgariser la science se doit d’utiliser de temps à autres des analogies afin de mieux faire comprendre un concept à son auditoire ou encore dans le but de titiller la curiosité des personnes que la science rebute. En effet, une analogie permet parfois de faire tomber la barrière de la peur de la science. Mais attention, comme le soulignent les auteurs, « il est essentiel d’avoir conscience des limites de l’analogie car, comme tout outil puissant, celle-ci peut-être détournée et utilisée abusivement. » Le livre cite ainsi l’analogie de l’arbre pour imager la théorie de l’évolution de Darwin, analogie qui fait faussement croire à une « hiérarchie naturelle, une échelle de la vie. » Parfois, la vulgarisation d’un concept par l’intermédiaire d’une analogie est tellement éloignée de la réalité que la communauté scientifique se refuse à l’utiliser, même quand il s’agit d’intéresser le grand public. Ainsi, Hugo Casanova, de l’Université de Montréal a consacré sa recherche en maîtrise aux limites de la vulgarisation scientifique. Il souligne dans un article publié sur le site internet de l’université que « puisque l’analogie est impossible à éviter dans le traitement graphique de réalités abstraites, il importe, que les vulgarisateurs contextualisent les illustrations, expliquent de façon claire quelles en sont les limites et même qu’ils soulignent le risque d’erreur qu’elles comportent. »

Concernant la traduction en français du livre, on peut regretter que le terme « power’ soit traduit par « pouvoir » à plusieurs reprises alors qu’il s’agit bien évidemment de la « puissance ».

Pour vous donner envie d’acquérir ce livre, voici un petit florilège de certains titres de doubles pages: ‘L’araignée qui a attrapée un jumbo-jet » dans la section biologie, « Chercher une luciole sur la Lune » dans la section astronomie et « La Terre pareille à un œuf écossais » dans la section sciences de la Terre.

Ah oui, le livre coûte 24,95$ et il est disponible dans certaines librairies et par l’intermédiaire de certains sites d’achats en ligne.

Publicités

A propos Sciencesenviro

Le blogue Sciencesenviro fournit de l'actualité scientifique et environnementale à jour, vulgarisée et pertinente.
Cet article a été publié dans Livre, Vulgarisation scientifique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une abeille dans une cathédrale

  1. questionsansfin dit :

    Il a l’air vraiment intéressant ce livre ! Merci pour la découverte, ces anecdotes sont vraiment amusantes !
    Peut-être que je l’ajouterai à ma collection après avoir la vingtaine de livres en attente ? 😀

    • jbouchez dit :

      Oui il est très intéressant. Je suis tombé dessus par hasard il y a quelques mois à la librairie Olivieri à Montréal et j’ai été agréablement surpris !

Vous avez aimé l'article? Venez commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s