L’heure de la grande mascarade de Doha

Doha sera encore un de ces sommets internationaux sur le climat qui, les uns après les autres, démontrent que les « grands » de ce monde  sont foncièrement incapables de prendre le leadership de la lutte au réchauffement climatique, trop manipulables qu’ils sont par les lobbys de toutes sortes dont le seul but est de tout faire pour…ne rien faire.

Il faudrait faire preuve d’un formidable optimiste doublé d’une naïveté profonde pour croire que la classe politique internationale est à même de prendre la mesure de l’urgence dans laquelle nous sommes. Il faudrait être fou pour penser que ces messieurs dames vont nous sortir de l’ornière, qu’ils vont couper les moteurs du paquebot alimenté à notre drogue noire.

Dans son livre « Le syndrome du Titanic », Nicolas Hulot notait en 2004 que « comme les passagers du Titanic, nous fonçons dans la nuit noire en dansant et en riant, avec l’égoïsme et l’arrogance de ceux qui sont convaincus d’être maîtres d’eux-mêmes comme de l’univers.» Nous sommes presque 9 ans plus tard et rien n’a changé. Désormais, nous savons que nous frapperons l’iceberg quoique nous fassions.

Pas plus tard que la semaine dernière et avant même que la mascarade de Doha commence, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) publiait son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. 390 parties par million (ppm) de CO2. L’humanité a élevé le niveau de concentration de dioxyde carbone dans l’atmosphère de 140 % en un peu plus de 250 ans. La veille, c’était la Banque Mondiale qui avait tirée la sonnette d’alarme dans un rapport qui se base sur les experts du climat prévoyant un réchauffement global de 4 C d’ici 2060. Selon l’organisme, « Un monde à + 4 °C […] déclencherait une cascade de changements cataclysmiques, dont des vagues de chaleur extrême, une chute des stocks alimentaires et une montée du niveau de la mer frappant des centaines de millions de personnes. » De plus, le rapport précise qu’il n’y a « aucune certitude » que le globe puisse trouver des solutions rapides afin de s’adapter à de tels bouleversements.

Le mois d’avant, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA- États-Unis),  publiait ses données enregistrées concernant les températures moyennes sur le globe. Ainsi, le mois d’octobre 2012 a été le 332ème consécutif avec des températures moyennes mondiales au-dessus des normales du 20ème siècle. Plus près de chez nous, de nombreux records de chaleur ont été battus le 12 novembre dernier avec un 18,8 C à Montréal, soit 3C de plus que le précédent record de 1982. Nous sommes littéralement entrain de faire surchauffer le système Terre avec toutes les conséquences des boucles de rétroaction positives que cela engendre. Nous dépassons les frontières et les limites que les écosystèmes peuvent supporter comme le rapporte Joan Rockström et ses collègues dans la célèbre étude parue dans Nature en 2009.

Alors qu’Ottawa veut littéralement arroser la planète avec ses sables bitumineux, alors que l’industrie des gaz des schistes se fait pressante dans de nombreux pays et ce malgré la mise en garde d’études sérieuses dénonçant les risques pour la santé et l’environnement, nous devons reprendre la barre du bateau. Arrêtons de croire que le capitaine, le commandant, le chef de quart et le lieutenant vont s’entendre pour couper le moteur. La solution ne peut plus venir d’en haut mais d’en bas. L’heure est à la responsabilisation de chacun, l’heure est à l’action de la part de chacun pour le bien de tous. Chacun d’entre nous doit se poser la question de sa responsabilité dans la crise climatique et sociale qui touchent notre civilisation. Le temps des discussions est révolu, place à l’action, pas demain ni après demain, mais aujourd’hui.

Advertisements

A propos Sciencesenviro

Le blogue Sciencesenviro fournit de l'actualité scientifique et environnementale à jour, vulgarisée et pertinente.
Cet article a été publié dans Écologie, Crise énergétique, Environnement, Réchauffement climatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous avez aimé l'article? Venez commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s