2013 : année record pour les températures en Australie

20140103_tmean_decilesC’est un record qui augure mal pour le futur climatique de l’Australie. En effet, le Bureau of Meteorology australien vient de publier son rapport sur le climat annuel du pays des kangourous.

L’organisation révèle ainsi que l’année 2013 est la plus chaude depuis que les relevés existent (1910). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Australie n’a pas fini de subir des périodes de canicules à répétition. Le dernier rapport du GIEC prédit des pointes de températures journalières pouvant atteindre 6 °C de plus que les normales. On se souvient qu’au début de l’année 2013, l’Australie avait subit des températures si élevées que de nouvelles couleurs avaient du être ajoutées aux cartes météo.

Une situation ironique quand on sait que le nouveau gouvernement de John Abbott se moque allègrement de la lutte aux changements climatiques. Peu de temps après son arrivée, Abbott supprima d’ailleurs la taxe carbone version australienne. Ce négationniste avait même qualifié l’origine anthropique du réchauffement climatique d’Absolute crap (connerie absolue) avant d’être élu premier ministre. Une sortie qui avait choqué à l’époque, mais qui n’avait pas empêché Abbott de justifier ses propos.

Malgré un gouvernement australien très proche des lobbys pétrolier, gazier et minier, n’oublions pas que Melbourne avait été l’hôte en juillet dernier du plus grand rassemblement sur le climat de l’histoire de l’Australie.

Advertisements

A propos Sciencesenviro

Le blogue Sciencesenviro fournit de l'actualité scientifique et environnementale à jour, vulgarisée et pertinente.
Cet article, publié dans Écologie, Crise énergétique, Environnement, Protocole de Kyoto, Réchauffement climatique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 2013 : année record pour les températures en Australie

  1. Vien Hue dit :

    Ce qui est inquiétant, aussi, c’est que John Abbott a été élu. Autrement dit, ses propos n’ont pas refroidi (sans mauvais jeu de mot) les électeurs…
    J’ai entendu ce matin qu’une partie des Etats-Unis subit des températures polaires. Alors évidemment, les plus sceptiques, sans regarder plus loin que le bout de leur nez, vont dire « ah bah voyez ça se réchauffe pas ! ». Aussi, ne croyez-vous pas que si l’on remplaçait réchauffement par bouleversement cela serait plus clair ?

    • Sciencesenviro dit :

      Bonjour,

      Vous avez raison. Abbott a été élu par la majorité et on peut penser que ses propos soient assumés par les australiens. Ce n’est pas le cas cependant, car il a récolté 53,5 % des sièges au parlement australien grâce à une coalition avec d’autres partis. J’ai eu la même réflexion concernant les températures exceptionnellement froides en Amérique du nord. Cela devrait justement être le rôle des scientifiques de vulgariser la science du climat afin d’expliquer que ces épisodes se déroulent sur du court terme et qu’ils ne vont pas dans la tendance générale du réchauffement. De plus, il faut également une vision à l’échelle globale pour se rendre compte que les températures montent si on tient justement compte de la tendance à l’échelle planétaire.
      Le réchauffement climatique est ce qui créer les changements climatiques ou les bouleversements. Ce n’est pas la même chose. Je suis d’accord avec vous sur le fait que parler de bouleversements permet au grand public de mieux comprendre les phénomènes comme cette vague de froid.

      Merci pour votre commentaire pertinent!

Vous avez aimé l'article? Venez commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s