La blogosphère scientifique francophone commencerait-elle à se réveiller ?

redeSi vous faites partie de la blogosphère scientifique francophone et que vous vous tenez au courant de son actualité, vous n’avez pas pu passer à côté du billet (désormais célèbre) de Marc Robinson-Réchavi. Pour  faire court et parce que vous connaissez sûrement toute l’histoire, ce billet est à l’origine d’échanges fructueux et d’une intéressante discussion autour des liens entre les blogues de science en français, de la communauté encore à consolider et des avenues visant une meilleure visibilité de cette communauté en devenir. Comme l’a noté très justement par la suite Pascal Lapointe dans un billet en réaction  à cet événement ô combien intéressant : « Je ne crois pas qu’on n’ait jamais vu autant de blogueurs de science, journalistes et chercheurs confondus, dont plusieurs «vedettes», partager la même conversation ». Il est vrai qu’il faut faire tourner la molette de la souris (ou faire glisser le majeur et l’index côte à côte… ) assez longtemps avant d’atteindre le bas de la page. Les commentaires étaient réfléchis, nombreux et les intervenants diversifiés (journalistes et blogueurs).

Le côté positif est que le billet de Marc fait des petits. J’en veux pour preuve le texte de Philippe Julien sur son blogue BiopSci. Une analyse très instructive de la blogosphère scientifique francophone. On peut y voir les nœuds importants dans l’embryon de communauté, qui cite qui, quels sont ceux qui ont le plus recours aux hyperliens (je suis en 17e position…) et quels sont ceux qui reçoivent le plus de liens de la part des autres blogues.

Ce qui ressort également de ces discussions, c’est le fait que les journalistes scientifiques hésitent encore à citer des blogues tenus par des scientifiques ou par des férus de science et de vulgarisation. Pierre Barthélémy a d’ailleurs confessé dans une de ses réponses suite au billet de Marc qu’il hésitait à citer des blogues parce qu’il a du mal à trouver des scientifiques qui bloguent : « a/ très régulièrement (au moins une ou deux fois par semaine) b/ en français et sans fautes c/ avec un excellent niveau de vulgarisation (donc sans s’adresser en jargon aux happy few) et d/ sur l’actualité ». On pourra ne pas être d’accord avec lui, son commentaire a d’ailleurs suscité de bons grincements de dents  (ou plutôt de touches de claviers).

Pierre Barthélémy y est allé un peu fort, mais comme le mentionnait Pascal Lapointe en 2012 suite à la parution d’une étude réalisée par Vinciane Colson de l’Université libre de Bruxelles, les scientifiques ne sont pas assez nombreux à bloguer et c’est tout le système académique français qui doit se mettre au goût du jour et commencer à promouvoir et reconnaître la pertinence de bloguer pour un scientifique qui le désire.

Sur le site de l’Agence Science-Presse, on compte plusieurs scientifiques qui ont pris ou qui prennent encore le temps et du plaisir à venir bloguer et échanger leurs points de vue ou à « populariser » leurs connaissances et leurs résultats. Ils ont l’avantage de pouvoir bloguer sur la science dans la langue de Molière tout en bénéficiant de l’état d’esprit de la blogosphère anglophone. On peut citer Ariel Fenster ou Normand Mousseau qui ont été prolifiques pendant plusieurs années, mais aussi Florence Piron de l’Université Laval ou encore Alexis Reymbaut, doctorant en physique théorique à l’université de Sherbrooke. On peut également citer le blogue du Cercle scientifique de la Fondation David Suzuki. Bref, bloguer en français tout en étant chercheur(e), c’est possible et la réalité québécoise est là pour le prouver.

Pour retourner à l’argumentaire des journalistes scientifiques qui hésitent à ajouter des liens qui pointent vers des billets de blogues parce qu’ils ont des peurs vis-à-vis de la crédibilité, on voit bien que ces peurs sont de moins en moins fondées. D’ailleurs,  Riesch et Mendel viennent de publier un papier tout frais (voir plus bas la référence complète) dans la revue évaluée par les pairs Science as culture et dans lequel, en analysant la communauté Badscienceblogs au Royaume-Uni, en viennent à la conclusion que la crédibilité des blogues s’effectue par un processus interne « d’évaluation par les pairs informelle » et par l’intermédiaire des discussions et commentaires entre les blogueurs. Ils notent également que c’est parce que la communauté est active que les blogueurs peuvent citer les bonnes sources et se citer entre eux parfois pour indiquer à un membre qu’il a faux sur tel ou tel sujet. Les auteurs tirent d’autres conclusions, mais cet article pourrait presque faire l’objet d’un billet.

Pour terminer sur l’utilisation de liens pointant vers les articles de revues évaluées par les pairs, il est clair que tout le monde n’a pas accès aux bases de données universitaires et qu’il peut être difficile dans ce cas d’agrémenter ses billets de sources crédibles. Une recherche libre d’accès permettrait d’ailleurs à plus de blogueurs de science d’asseoir leurs textes sur des articles scientifiques pertinents.

D’une façon plus générale, la publication de la deuxième édition de l’Anthologie des meilleurs blogues de science participe aussi à consolider la communauté des blogueurs de science en français et à la faire connaître du grand public.

Moralité : échangeons, parlons-nous, citons-nous, il n’en ressortira que du bien et en plus… on plaira aux journalistes scientifiques. 😉

Riesch, H., & Mendel, J. (2014). Science Blogging: Networks, Boundaries and à Limitations. Science as Culture, 23(1), 51–72. doi:10.1080/09505431.2013.801420

Advertisements

A propos Sciencesenviro

Le blogue Sciencesenviro fournit de l'actualité scientifique et environnementale à jour, vulgarisée et pertinente.
Cet article, publié dans Événement, Blogosphère scientifique francophone, Vulgarisation scientifique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La blogosphère scientifique francophone commencerait-elle à se réveiller ?

  1. Bonjour et merci pour cette réflexion ! Par curiosité, d’où vient l’image de réseau qui illustre votre billet ? Est-ce une réseau de liens entre blogs (à l’image de celui présent dans le billet de Philippe Julien que vous citez)?

    • Sciencesenviro dit :

      Bonjour Martin,

      Merci pour votre lecture et votre commentaire.
      Cette image est tirée d’une page l’ayant mise en licence libre. Elle ne reflète pas les liens entre les blogues de science. C’était pour illustrer l’idée de communauté.
      Il serait intéressant toutefois d’avoir une carte du réseau bien détaillée comme l’a fait Philippe Julien.

  2. Ping : Somewhere else, part 116 | Freakonometrics

  3. Bonjour à tous,

    pour le moment le graphe que j’ai créé est minimaliste pour deux raisons:
    – de nombreux blogs n’ont pas pu être inclus pour diverses raisons techniques (j’explique ça dans le billet)
    – là aussi pour des raisons techniques il ne m’est pas possible (du moins facilement dans certains cas) de déterminer avec précisions vers quel blog en particulier pointe un lien entrant. Pour ces raisons les blogs de l’ASP et siclogs n’apparaissent que comme un point (et non comme plusieurs dizaines).

    Une analyse plus poussée serait effectivement un joli projet. Mais j’ai peu de temps pour m’y atteler malheureusement.

    Philippe.

    • Sciencesenviro dit :

      Salut Philippe et merci pour ces précisions. Peut-être que toutes ces discussions vont donner des idées à certains.

Vous avez aimé l'article? Venez commenter!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s